Hirsute, les expressions libres et énervées

Internet est essentiellement la possibilité des rencontres entre des êtres/néants, généralement effrayés par les colères, bouleversés par la liberté et terrorisés par les violences verbales... Ne cherchons pas à écrire.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 abattoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: abattoir   Mar 22 Jan - 10:29

la chevrotine a découpé les entrailles de claude maffre
des boyaux il y en a partout
les fleurs sont irrécupérables
même les arbres sont aspergés de sang et de bouts de tripes mais ça se voit moins
je laisse tomber les fleurs que je tiens à la main
ce sont des fleurs rouges
ce sont pas les même fleurs que celles où claude maffre est tombé mort
je me souviens pas avoir entendu de coup de fusil mais en cette saison les coups de fusil on y fait pas des masses attention
je me dis vaut mieux que je parle de ça à personne
qu’ils se démerdent entre eux les maffre et les gardiol
moi c’est pas mon problème ces histoires
je me dis j’ai qu’à aller ailleurs dans la forêt en chercher des fleurs jaunes mathilde de toute façon elle y verra que du feu
claude maffre est étendu sur le dos
les reins sont cisaillés et plein de sang
il a la gueule dans les fleurs jaunes
je le reconnais parce que je reconnais son tatouage sur la main
il a la main ouverte et les doigts écartés comme s’il voulait cueillir des fleurs
je vois les croix entre ses doigts trois croix une entre l’index et le majeur et une entre le majeur et l’annulaire et une entre l’annulaire et le petit doigt
et aussi les trois points mort aux vaches sur la paume de l’autre main
des tatouages de taulards
claude maffre il a fait de la taule mais il aimait pas en parler et je me dis que maintenant il en parlera plus jamais
j’ai encore mes fleurs à la main je me dis tiens je croyais que je les avais lâchées
je regarde autour de moi
je me tire je crois que je vais rentrer chez moi et tant pis pour mathilde j’aurais qu’à lui téléphoner et lui dire que je suis malade
en tout cas les maffre et les gardiol qu’ils se démerdent avec leurs histoires moi je veux rien avoir à foutre avec tout ça
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 30 Jan - 14:59

il est cinq heures vingt-neuf
j’entends une respiration
c’est elle
et puis je me réveille
j’ai froid
j’ai rêvé de ma mère – elle hurlait – je la foutais à la porte
j’ai sommeil
je ne pourrais plus dormir
encore trois heures à tirer
je me lève
j’ai froid
je m’habille – les habits d’hier – entassés au sol – ils sentent la transpiration
je sors de la chambre
je suis dans le canapé
j’allume la télé – de la neige – ça ne marche pas – sur toutes les chaînes – de la neige
j’éteins la télé
je reste assis sur le canapé
il n’y a pas de bruit
à un moment une voiture démarre
le soleil se lève – d’abord lentement – et puis plus vite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 6 Fév - 9:52

mon patron avait un truc au visage – une espèce de maladie de peau
tous mes collègues étaient absents – j’étais seul dans le bureau
je me suis senti seul
j’ai travaillé
je n’ai pas été manger
dans l’après-midi mon patron est venu me voir
il m’a proposé un café
à la machine à café nous étions seuls
il me parlait en grattant ses boutons – il grattait sans s’en rendre compte –
les minutes passent lentement
je me fais chier
il fait chaud
je regarde dehors
la lumière est froide
dehors c’est le silence
je transpire
je suis moite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 13 Fév - 12:24

je suis dans le pâté
putain la gueule de bois – la bouche collée
la vache
je suis où
la vue encore brouillée
je me redresse – merde je suis à poil – tout tourne
merde –
merde je suis à poil
ça se stabilise sur une chambre que je ne reconnais pas
je me touche la chatte
je n’ai pas de sperme
c’est déjà ça
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 20 Fév - 10:33

je marche au milieu d’une rue piétonne blindée de monde
la rue est bordée de vitrines – je jette un œil – des fringues – des bijoux – des meubles – mais surtout des fringues des fringues des fringues – pour tous les styles – et tous les gens qui se baladent avec au moins un sac marqué du logo d’un magasin – ça dégoûte un peu
depuis combien de temps j’ai pas fait ça moi – entrer dans un magasin genre jennyfer ou mango – claquer cent euros – ressortir
dans ma poche il y a quinze euros à tout casser – et au moins trois euros en pièces rouges
depuis an – au moins un an
ils sont cools mes parents de m’envoyer du blé quand vraiment ça va pas
je passe devant un kébab
j’ai pas très faim
je commande quand même un falafel
je le bouffe assise sur un banc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 27 Fév - 10:05

quand j’arrive au foyer j’ai vingt clopes d’avances
pour fêter ça j’allume une camel
je passe devant le bâtiment administratif et le réfectoire
ce sont les seuls bâtiments en dur – le reste c’est du préfabriqué
la clio de la directrice est garée devant le bâtiment
j’espère qu’elle m’a pas capté j’ai pas envie de la voir cette vieille connasse
je longe les dortoirs a b et c
au bâtiment c je dis bonjour à malika qui fume à la fenêtre
elle a l’air a peine réveillée
elle est enceinte – elle passe ses nuits à tirer des bangs avec son mec qui est dansun autre foyer
j’entre dans le bâtiment d
je dépasse les toilettes et les douches
j’ouvre la porte de ma chambre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 5 Mar - 9:45

devant moi la chaîne de montage est comme hier
je fais toujours la même chose
on fabrique des chaussures à talon aiguille
moi j’assemble le talon et son embout
le talon m’arrive nu et je dois coller dessus l’embout
il m’arrive un talon toutes les deux secondes
à la fin de la journée j’ai contribué à fabriquer sept mille deux cent paires de chaussures
quand j’aurais cinquante ans ça fera quarante millions
de paires de chaussures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mar 11 Mar - 23:01

je veux qu’on me frappe
je veux qu’on m’enfonce des trucs dans le cul
je veux qu’on m’insulte et qu’on me force à m’humilier
et même si je n’aime pas ça
c’est comme ça que je jouis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mar 18 Mar - 20:17

je ferme mon bureau à clef
devant l’ascenseur huit personnes attendent
l’ascenseur arrive
nous montons tous
il y a déjà quatre personnes à l’intérieur
l’ascenseur commence son trajet silencieux
je quitte l’immeuble
je marche avec la foule
je me rends à mon restaurant habituel
je m’assieds à la même table qu’hier
je commande un plat du jour
au cours du repas un homme se suicide en se tirant une balle dans la bouche
le vacarme est effroyable
tout se suspend dans la salle
moi aussi je cesse de manger
ma cuillère aux trois quart pleine de soupe de poisson est figée dans ma main
ma main est immobile entre l’assiette et ma bouche

***

SOIREE DE LANCEMENT DE LA REVUE FREAKWAVE LE 22 MARS AU POINT EPHEMERE :

voici le programme de la soirée :

17h45 : ouverture de la salle
18h : présentation de la revue freak wave
18h15 : dj wise
19h : sexandroïdes
19h40 : lecture konsstrukt : christophe siébert + olivier lelong
à 20h ça boucle et tout le monde dehors et retour à 21h pour le récital de costes (10€)

***

abattoir numéro quatre ne va pas tarder à sortir. pour le recevoir gratuitement, envoyer un mail avec son adresse à konsstrukt@hotmail.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 26 Mar - 11:57

je balance quelques coups de poings dans le mur aussi fort que je peux
je m’éclate la peau des jointures mais je m’en fous
il faut que je me calme
j’avale une grande goulée d’air poussiéreux
j’ai encore le cœur qui bat trop vite mais il finit par ralentir un peu
mon stress baisse
il reste une angoisse sourde bizarre
comme si je savais qu’un truc horrible allait se passer et que je ne pouvais rien faire pour l’en empêcher
c’est comme si je n’attendais que ça mais sans avoir courage d’attendre vraiment
j’ai pas du tout envie de penser à ça
je ne sais pas quoi penser ça me rend fou cette histoire ça me rend marteau
ça prend toute la place dans ma tête ça bouffe tout ça bouffe tout le reste
ça m’empêcher de respirer de bouffer de baiser ça bloque tout j’en peux plusil faudrait que je remonte mais je ne peux pas

***

la semaine prochaine : compte-rendu à la con de la soirée freak wave, avec en bonus, le reportage-photo du bonheur.

***

abattoir numéro quatre version papier ne va pas tarder à sortir. pour en recevoir gratuitement quelques exemplaires, envoyer un mail avec son adresse postale à konsstrukt@hotmail.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mar 1 Avr - 23:58

je ne suis là pour personne
je suis fatigué
je suis fatigué comme jamais auparavant
je ne suis constitué que de ça
j’ai un goût de poussière dans la bouche et la gorge
l’air que je respire à une odeur de poussière
je crois qu’en fait ça vient de moi
qu’en réalité l’air est pur
comment pourrait-il en être autrement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 9 Avr - 9:56

la bombe me fascine
surtout le compteur.
je ne peux pas détacher mes yeux du compteur
les trois points d’interrogation rouges que je vais remplacer par des chiffres en appuyant sur des boutons
autour de moi c’est la pénombre.
je suis un peu éclairé par la lueur des points d’interrogation à cristaux liquides
je regarde ma bombe
c’est la mienne
elle est compacte
elle est belle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 16 Avr - 9:43

il y a un type qui se dépèche – il fait froid
il cherche son fils – dans la résidence il y a plein de recoins
il le trouve – en compagnie d’un plus grand – vers le local poubelle
entre le local poubelle et les arbres il y a un espace étroit
il y a le ballon
le jeune enfant est à genoux – il suce la bite du plus grand
le plus grand panique – il a le temps de crier – on ne faisait rien de mal – on jouait
le type le dérouille – le plus grand est en sang – il est à moitié assommé
le père demande à son fils de remettre son bonnet
ils rentrent tous les trois
le type ne sait pas comment annoncer ça à sa femme
à mi-chemin il fait une pause et défonce encore l’ado à coups de poings et à coups de pieds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 23 Avr - 8:42

j’ai trop chaud
des bribes de rêve se dissipent
je me lève
j’ai une aigreur qui me remonte de l’œsophage
mon rêve me revient
mon père poignarde un type – la lame s’enfonce tellement qu’elle tend la peau du dos – le rêve prend fin avant que la lame ne perce la peau
une image – une scène unique – mon père – et puis toute l’histoire revient
nous sommes tous les trois dans mon rêve – tous les trois et mon père
je suis là
elle est là dans mon rêve
il est là dans mon rêve
et il y a mon père à moi – mais je crois qu’il s’agit de son père à lui
et un autre type
mon père – ou moi – à un moment c’est la même personne – à un moment mon père c’est moi – c’est le même personnage – fait des affaires louches avec ce type – c’est un type dangereux – son visage est rouge et très lisse – comme si il avait été brûlé vif – et le type sort de la voiture – et là nous sommes assis tous les trois dans la maison et nous voyons à travers la porte ouverte
elle est assise à ma gauche
il est assis sur ses genoux à elle
et mon père prend un couteau et l’enfonce dans le ventre de l’homme au visage rouge et je lui à elle de l’emmener lui qu’il ne voit pas ça – je répète – qu’il ne voit pas ça – elle ne réagit pas – et je crois que le rêve s’interrompt ici
mon aigreur continue à remonter le long de l’œsophage

***

le site artsolid a cessé d'exister. les pdf qui s'y trouvaient en téléchargement gratuit ne sont donc plus disponibles. ils seront désormais stockés sur le site de l'éditeur léo scheer. vous pourrez donc à nouveau les télécharger, au fur et à mesure de leur mise en ligne. cette semaine, les mouches mortes. pour le télécharger, cliquer ici : http://www.leoscheer.com/spip.php?page=manuscrit-konsstrukt-mouches-mortes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 30 Avr - 10:06

il est vingt-et-une heures vingt-sept
je n’ai pas bougé
les minutes s’écoulent
je n’ai pas sommeil
je n’ai rien à faire
je n’ai pas faim
il y a des choses à faire
il faut tout nettoyer
il faut faire à manger
il faut manger
je ne fais rien de tout cela
je reste sur le canapé
il est vingt-et-une heures vingt-huit

il est vingt-et-une heures quarante-et-une
il est vingt-et-une heures quarante-sept
j’attends d’avoir assez sommeil pour dormir
j’attends demain

il est vingt-et une heures cinquante-trois
je suis engourdi
j’ai mal au chevilles
j’ai les yeux qui piquent
il est vingt-et-une heures cinquante-quatre
il est vingt-et-une heures cinquante-cinq
il est vingt-et-une heures cinquante-huit

mes yeux sont secs
mes paupières sont lourdes
mon corps est fatigué – de quoi

il est vingt-deux heures
il est vingt-deux heures une
il est vingt-deux heures trois
j’ai envie d’uriner
il est vingt-deux heures cinq
le sang circule dans mes membres
j’ai d’abord une puissante sensation de lourdeur à mes cuisses et mes mollets – puis une sensation de froid à mes mollets – enfin des fourmis à mes mollets et mes pieds
j’attends
ça passe
il est vingt-deux heures dix
il est vingt-deux heures onze
je m’endors par intermittence – moins d’une seconde
ma tête est lourde
mes yeux sont fatigués
il est vingt-deux heures douze
mes pensées sont molles
j’éprouve une vague sensation de faim
je suis impatient de dormir
j’éprouve une vague sensation de soif
je n’ai pas la volonté nécessaire – pour satisfaire ces besoins
il est vingt-deux heures seize
mes pensées s’interrompent
je perds conscience – et je reviens – aussitôt
je m’allonge
j’étends mes jambes
le mouvement
me réveille un peu - je suis engourdi et j’ai froid

***

le site artsolid a cessé d'exister. les pdf qui s'y trouvaient en téléchargement gratuit ne sont donc plus disponibles. ils seront désormais stockés sur le site de l'éditeur léo scheer. vous pourrez donc à nouveau les télécharger, au fur et à mesure de leur mise en ligne. cette semaine, mise à mort, et pute. pour le télécharger, cliquer ici :

http://www.leoscheer.com/spip.php?page=manuscrit-konsstrukt-mise-a-mort

http://www.leoscheer.com/spip.php?page=manuscrit-konsstrukt-pute
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mer 7 Mai - 8:38

j’attends le bus
d’autres voyageurs me rejoignent au fur et à mesure
il fait encore nuit
tout le monde frisonne – il fait froid – moi aussi
il y a une légère brume
humide – poisseuse – glacée
mes cheveux collent – mélange de sueur de la veille et de crasse et de brume
des odeurs désagréables me parviennent – des odeurs de pollution
je pue comme un clochard
ça ne semble pas incommoder des gens
il y a un type qui se gratte
tout son visage est irrité – une espèce d’acné
il a l’air triste – il a l’air de souffrir
à la fin je suis au milieu d’une dizaine de personnes – j’en dénombre trois qui souffrent de cette allergie bizarre – je repense à mon chef – je me demande s’il s’agit d’une épidémie
l’arrêt de bus est au bord d’une voie rapide
il y a très peu de voiture qui passent
le trottoir est sale
la lumière de l’arrêt de bus est trop faible
la vitre est couverte de tags obscènes
le trottoirs est crade
le bus finit par arriver
c’est un bus en accordéon – il est déjà presque plein
en s’arrêtant il dégage une forte odeur de gazoil
à l’intérieur il n’y a pas de lumière – il n’y a que les veilleuses qui fonctionnent
on entre en file indienne
on montre nos abonnement
le mien est usé – le carton est décoloré – de rouge sombre il est devenu rosâtre au fil du temps – ma photo ne me ressemble plus
je me faufile vers le milieu
je suis compressé au milieu des gens
il n’y a pas de lumière
le trajet dure un long moment
à chaque arret le bus marque un à-coup – nos corps sont portés en avant – il freine dans un chuintement d’air comprimé
je me sens engourdi
j’ai dormi très longtemps – c’est peut-être ça – ou alors c’est la faim – j’ai pas mangé depuis au moins vingt-quatre heures – je crois – je sais même pas ce que j’ai pissé ce matin – je bois plus – non plus
des gens montent – des gens descendent – encore neuf stations
à la moitié du trajet les lumières se remettent à fonctionner
aux trois quarts du trajet elles s’éteignent – il fait jour
la lumière du jour est sale – le ciel est couvert – il bruine
on traverse des barres d’immeubles – les gens font la gueule
mon trajet dure quarante minutes
c’est enfin mon arret
je descends – trois personnes descendent en même temps que moi
il fait toujours aussi froid
la bruine est pénétrante
je travaille dans un quartier de vieux immeubles de bureau
les immeubles sont sales
le trottoir est encombré de détritus
les gens sont pressés – je marche lentement
je suis un peu étourdi
la brume s’est levée – à cause de la bruine on ne voit pas le haut des immeubles – l’atmosphère est poisseuse et froide
il y a beaucoup de gens – mais c’est le silence – la bruine étouffe les sons –
la bruine charrie des odeurs fades de carburant et de pollution
j’arrive devant l’immeuble où je travaille
je m’engage dans la porte-tambour
la lumière du hall est trop faible
ça sent le détergent
le vigile me dit bonjour – la fille de l’accueil me dit bonjour – je leur réponds – la fille de l’accueil à le visage rouge et abimé –
l’ascenseur est en panne
je monte par les escaliers
je me sens faible – trois étages – quatorze heures de sommeil – pas mangé ni bu depuis – au moins – vingt-quatre heures – je sens la sueur et la pisse et le vomi – çà se mélange à l’odeur de détergent – je suis sale –
j’entre dans la salle de documentation
mes collègues ne sont pas là
je m’installe à mon bureau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Mar 13 Mai - 9:42

à seize heures vingt-sept la nuit commence à tomber
à seize heures quarante-cinq il fait nuit
je quitte le travail
le vigile n’est plus là
la fille de l’accueil n’est plus là
la femme de ménage me dit bonsoir – je lui réponds
ça sent le détergent
la rue est sale et humide
les lampadaires se refletent sur les trottoirs mouillés
la brume est revenue – un peu
les phares des voitures
l’intérieur éclairé des bus
le bruit des pneus sur la chaussée mouillée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Lun 19 Mai - 12:19

dans le bus ça sent le vestiaire et le clochard
le sol du bus est glissant d’une bouillasse noirâtre
la lumière fonctionne par intermittence – le clignotement est désagréable
plus tard
je suis assis sur le canapé
par la fenêtre je vois du noir – le ciel est trop pollué pour laisser voir les étoiles


***

le site artsolid a cessé d'exister.les pdf qui s'y trouvaient en téléchargement gratuit ne sont donc plus disponibles.ils seront désormais stockés sur le site de l'éditeur léo scheer.vous pourrez donc à nouveau les télécharger, au fur et à mesure de leur mise en ligne.cette semaine, mise à mort, et pute.pour le télécharger, cliquer ici :
http://www.leoscheer.com/spip.php?page=manuscrit-konsstrukt-vitriol
http://www.leoscheer.com/spip.php?page=manuscrit-konsstrukt-soulseek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Lun 26 Mai - 15:48

on sonne à la porte
je suis dans la chambre
papa me dit de rester dans la chambre
papa ouvre la porte
papa est toujours en colère
papa crie souvent
je suis dans la chambre
j’ai un peu ouvert la porte
je regarde et j’écoute
papa discute avec deux dames
une vieille et une jeune
la jeune ressemble un peu à maman
vivement la fin des vacances
maman me manque
papa ne joue jamais avec moi
papa est tout le temps fatigué
il s’enferme toujours dans sa chambre pour dormir
il me dit toujours de jouer dans la chambre et de ne pas trop faire de bruit
il sourit aux deux dames
maman me manque
la plus vieille des deux dames a le même âge que mamie
les deux dames entrent dans la maison
papa ferme la porte à clé
ils vont tous au salon
je ne sais pas si j’ai le droit de sortir
je crois que je n’ai pas le droit de sortir
je reste dans ma chambre et j’essaie d’écouter
les vieilles parlent de jésus
papa leur dit qu’il s’en fout de jésus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Lun 2 Juin - 9:57

la cellule de garde à vue est approximativement cubique
en fait elle est plus large que longue et a peu près aussi longue que haute
chaque côté hauteur longueur largeur mesure dans les deux mètres
bien sûr il y a des variations
trois des parois sont des murs
la quatrième est un mur percé d'une porte vitré
la vitre est certainement dans un matériau incassable
contre le mur du fond est posé un parallélépipède qui en occupe toute la longueur
il s'élève à une hauteur de quarante centimètres environ et il sert de banc
le bois qui recouvre la face supérieure est gravé de graffitis divers
entre le banc et la porte se trouve un autre parallélépipède
il est plus haut que large et sert de table
la cellule de garde à vue dans laquelle je me trouve sert aux détenus qui ont droit à un repas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Lun 9 Juin - 11:00

philippe étienne est bourré
il attend le dernier métro à la station bonne nouvelle à paris
en face un couple se dispute
il s’agit de thierry mattois et de hélène gouge
hélène à un mauvais moment tombe sur la voie
c’est à ce moment que le métro paraît
d’abord les phares qui la saisissent et puis l’impact
le métro fait beaucoup de bruit dans sa tentative de freiner
mais le bruit des freins ne couvre pas le bruit du corps percuté
dans les rames des gens tombent
l’éclairage cru les révèlent nettement
hélène survivra mais son cerveau sera détruit
selon philippe étienne c’est le type qui l’a poussé
selon therry mattois c’est elle qui s’est jeté
lui n’a fait que tenter de la retenir
l’enquête concluera qu’elle était dépressive
mais pas suicidaire
thierry matois sera acquité au bénéfice du doute
le conducteur du métro n’oubliera jamais le regard de la fille
son dernier regard conscient

***

le site artsolid a cessé d'exister. les pdf qui s'y trouvaient en téléchargement gratuit ne sont donc plus disponibles. ils seront désormais stockés sur le site de l'éditeur léo scheer. vous pourrez donc à nouveau les télécharger, au fur et à mesure de leur mise en ligne. cette semaine, 999 poèmes et dedans/dehors poésie brute, deux recueils plutôt anciens. pour le télécharger, cliquer ici :

http://www.leoscheer.com/spip.php?page=manuscrit-konsstrukt-999poemes
http://www.leoscheer.com/spip.php?page=manuscrit-konsstrukt-dedans-dehors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Dim 15 Juin - 20:52

trois jeunes discutent de pognon
l’un des trois ne veut pas donner cinquante euros
aux autres
ils parlent fort pendant que les gens
font la queue pour acheter des sandwiches
juste à côté
ils s’arrangent et puis ils s’éloignent
moins d’une minutes après
trois flics les coursent
et les embarquent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Lun 23 Juin - 10:09

dans le sud de la france
un maçon de quarante vit en ménage avec une pute arabe du même âge
un soir le type tue la fille
et pour faire croire à un suicide
il met le corps sur la voie ferrée
en pleine nuit un premier train met le corps en morceaux
et continue sa route
sans rien avoir remarqué
un deuxième train alerté par le sang s’arrête
on trouvera la tête
à deux cent mètres de là
dans une vignes
cette histoire est vraie

***

il apparaît que des connards veulent casser la tronche à costes, faire le coup de poing à ses concerts, et aller ferrailler la gueule de ceux qui viendraient lui apporter son soutien.

quoi ? ah mais non, ça se passera pas comme ça, à mort les fachos, sus à ses pédés de skins !
euh, non, les gars, ne vous méprenez pas, ce sont des antifascistes qui veulent savater costes à coups de barre de fer.

un petit aperçu ici :
http://lille.indymedia.org/spip.php?article13196

je soutiens costes.
je suis christophe siébert, écrivain, pornographe, et fondateur du collectif konsstrukt.
je suis publié par ces réfuges du révisionnisme, par ce repaire d’ancien nazis, que sont la musardine, caméras animales et orbis pictus club.
je prends des cours de lever de bras droit pour espérer un jour être édité chez fayard, le célèbre éditeur d’extrème-droite qui a publié costes entre deux rééditions de mein kampft. ou chez hermaphrodites, qui lui dispute les manuscrits cachés de jean-marie lepen.
je pourrais en rajouter dans la débilité sarcastique.

ma position politique est la suivante : les artistes ne seront tranquille que le jour où le dernier fasciste aura eu la gueule étouffée, avec la bite et les couilles arrachées au dernier antifasciste. ou le contraire, je ne suis pas sectaire.

j’invite donc tous ceux qui le veulent à répondre à cette annonce pour manifester leur soutien à jean-louis costes. ça ne mange pas de pain, ça ne soigne pas les fractures, ça ne remplace pas les concerts annulés et non payés, mais ça fait toujours plaisir.

costes n’a, donc, pas joué à lille, ni à toulouse. c’est en fait toute sa nouvelle tournée, et la tournée promo de son nouveau bouquin, qui est compromise.

mais quel crime a donc commis costes ?
ah bin, c’est pas compliqué : il a répondu à une interview sur une radio d’extrème-droite. en effet, l’extrème-droite c’est caca.
d’un autre côté, j’ai beau écouter tous les jours france-inter, j’ai pas encore entendu une seule annonce concernant la sortie de son bouquin.
et, ne pas se positionner nettement contre l’extrème-droite, ne pas le gueuler aussi fort que possible, c’est super, super caca. n’en avoir rien à foutre de l’extrème-droite, je crois bien, même, que c’est encore plus caca qu’en être partisan. les extrème-droitiers, au moins, on les comprend. forcément, hein, à force de se cotoyer. frères d’armes, quoi. mes les extrème-rien à foutristes, ceux-là ils sont bizarres. ils sont pas humain, quasiment. trop bizarre.
alors il faut soit essayer de les récupérer à tout prix (tactique droitière), soit les enfoncer dans le sol à coups de barres de fer (tactique gauchère).
incroyable, ça, qu’on puisse n’en avoir rien à battre des luluttes entre fafa et antifafa.

quand je me suis fait cambioler, ni les fafs ni leurs ennemis ne m’ont aidé ; ni la police.
quand je me suis fait tabasser, non plus.
quand je me suis retrouvé à la rue, non plus.
quand les flics m’ont poursuivi pour outrage aux bonnes mœurs (je résume), non plus.

incroyable, ça, qu’un artiste puisse oser s’en foutre, de la lutte des cons contre les cons. incroyable, vraiment. quelle audace ! quelle insolence !

ah mais ce con-là, on va te l’interdire vite fais, moi je te le dis.
il serait pas antifa, robespierre, des fois ?

bref. pour soutenir costes, répondez à ce message confus. pour ne pas le soutenir, prenez contact avec les milices antifascistes de votre quartier. elles sauront quoi faire. elles ont un important stock de brassards anarchistes à écouler. ne manquent que les bras. bien tendus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Lun 30 Juin - 10:34

un psychiatre interroge un adolescent de douze ans
l’interrogatoire se déroule sur ordre du parquet
l’adolescent à violé une camarade de classe
il explique au psychiatre que ses parents sont cultivés
que ses parents sont des connards qui comprennent tout
des connards qui ont tout fait tout vu tout entendu
essayé toutes les drogues
que ses parents sont des connards que rien ne dérange
que rien ne heurte que rien ne choque
qu’il faut bien faire quelque chose
quelque chose pour les réveiller
enfin quelque chose quoi
le soir suivant
il met tout ça par écrit
et il se pend
dans sa cellule
le psychiatre termine son rapport
et passe à autre chose
les parents sont tristes
très tristes

***

et un peu de promo liée à konsstruk, pour la route :

- traction-brabant numéro 19 vient de paraître, avec deux textes de moi. pour se le procurer, prendre contact avec patrice maltaverne : p.maltaverne@orange.fr

- paris numéro 2 vient de paraître, avec une interview de moi. pour se le procuper, écrire à gorzar : apneac@hotmail.fr

- le fanzine du méchantes bêtes (le bar konsstrukt) vient de sortir aussi. pour se le procurer, écrire à amagauz@gmail.com

- il y a une courte interview de moi dans le prochain chronic'art (parution en kiosque le 2 juillet)

- et pour finir, lilas, artiste konsstrukt de renommée mondiale, a enfin son blog : http://lalilas.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
konsstrukt



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: abattoir   Lun 7 Juil - 10:35

on me rend mes lacets le contenu de mes poches est ce que ça veut dire que je vais sortir
on peut jamais savoir
on entre et c'est cuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.konsstrukt.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: abattoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
abattoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une mystérieuse maladie dans un abattoir aux États-Unis
» [Piersanti, Gilda] Rouge abattoir
» Abattoir 5
» ROUGE ABATTOIR de Gilda Piersanti
» L'Abattoir de la haine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hirsute, les expressions libres et énervées :: Ecrire contre le monde entier :: Ici vos textes de tarés-
Sauter vers: