Hirsute, les expressions libres et énervées

Internet est essentiellement la possibilité des rencontres entre des êtres/néants, généralement effrayés par les colères, bouleversés par la liberté et terrorisés par les violences verbales... Ne cherchons pas à écrire.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Appel à textes: le bruit du monde revu(e)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
romainicolas



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 13/11/2012

MessageSujet: Appel à textes: le bruit du monde revu(e)   Mar 13 Nov - 4:51

Salut à tous,

je suis l'administrateur d'une revue visant à promouvoir les nouvelles écritures. Le premier numéro est censé sortir en mai 2013.

Nous lançons donc un appel à textes sur le sujet "la prise de parole". Cela pourrait vous intéresser.

Je vous joins le dossier de présentation:



L’enjeu de cette revue est de questionner les formes d’engagement des nouvelles écritures pour la scène, et de fédérer les auteurs émergents autour d’une question commune : qu’est-ce qu’écrire pour le théâtre aujourd’hui ?

Nous aimerions réussir à faire des disparités de notre génération une force pour réfléchir le monde.
Chaque numéro proposera une réflexion autour d’un thème aux prises avec des enjeux (politiques, sociaux, culturels) d’aujourd’hui, qui sera accompagnée par un auteur parrain. Il rassemblera des extraits de textes de jeunes auteurs de théâtre, des articles plus théoriques ou réflexifs sur la question proposée, un dossier consacré à un jeune auteur étranger (avec des extraits de ses oeuvres traduits en français), et une contribution libre de l’auteur parrain. La revue offrira ainsi un panel de modes d’écritures et de points de vue susceptibles d’éclairer la question et de la mettre en débat, à travers la lecture et la création.

Nous sommes convaincus que les écritures contemporaines s’inventent au plus près de leur époque, mais, malheureusement aussi, au plus loin du public. Nous espérons créer des envies de lecture, d’écriture et de mise en scène, et recréer ce lien entre les textes, les publics et les plateaux, grâce à une plateforme d’échange pour les jeunes artistes et les spectateurs.
Nous pensons : rencontres et réflexion. Contrepoint et mise en questions.
Nous pensons : engagement. Peut-on encore croire à l’écriture désengagée ? Se réclamer d’une réflexion sur le monde suffit-il à faire d’une oeuvre un acte politique ? Le théâtre a-t-il cessé d’être politique ? Entre la mise en parole de l’intime et la prise de parole partisane, que signifie « s’engager » ? Comment se confronter directement à un événement ? Et comment penser, agir, créer politiquement aujourd’hui ?

Nous pensons : écritures. Ecrits dramatiques. Textes-matériaux. Partitions. Théâtre témoignage, textes documentaires et écrits documentés, récits de faits divers, détours fictionnels, recherche poétique, quels sont les modes d’écritures susceptibles de parler le monde, de le réfléchir ? Nous voulons bousculer les frontières entre les genres et mettre à bas la hiérarchisation des écritures pour nous réjouir de la diversité du paysage théâtral contemporain.





En mai 2013, sortira le premier numéro de la revue bi-annuelle le bruit du monde revu(e).

L’enjeu de cette revue est de questionner les formes d’engagement des nouvelles écritures pour la scène, à travers l’exploration d’un thème.

Nous envisageons de publier à chaque numéro différents extraits de textes (s’il s’agit de textes longs ; les textes courts seront à cet égard mis en discussion) de jeunes auteurs, afin d’offrir un panel de modes d’écritures et de points de vue susceptibles d’éclairer le thème proposé et les questions auxquelles il renvoie.

Si notre génération affirme sa diversité et affiche un visage composite, nous aimerions réfléchir les potentialités du groupe ou de la fédération. Pour le dire plus simplement, nous aimerions réussir à faire de nos disparités, une force pour réfléchir le monde.

*

Pour le premier numéro, nous proposons un thème large qui recoupe à la fois le politique et l’artistique : la prise de parole.

La prise de parole sur scène est-elle une prise de pouvoir ? Dès lors, quelles sont les modalités de cette parole ? Et que tente-t-elle de susciter ? Cherche-t-elle la prise de conscience ? la prise de position ? le passage à l’action ? Dans quelle mesure en est-elle capable ?

En effet, si la scène reste un lieu de prise de parole privilégié, on peut s’interroger sur les effets véritables de cette parole, sur sa véritable capacité à agir, ou à faire agir. Dans une société où l’on s’exprime – au premier abord – librement, que peut viser la prise de parole au théâtre aujourd’hui ?


Prend-on la parole quand on nous la refuse ? Dans le monde, prendre la parole a un prix : les activistes québécois ont pu le payer de leur sécurité ; les Pussy Riot l’ont payé de leur liberté ; les dissidents du printemps arabe le paient de leur vie. La prise de parole est-elle toujours une prise de risque ?

Contrôler la parole est devenu un sport mondial. Face au nombre croissant des moyens d’expression, à la multiplication des codes, au développement des réseaux et des imaginations, grandit une inquiétude, une urgence de contrôler la langue, de la réguler, de la tenir en laisse. La prise de parole est-elle toujours une prise de liberté ?

Au-delà de la scène politique, ces questions se répercutent dans la sphère intime, où les problématiques politiques, sociales, économiques, culturelles, s’expriment et se réinventent sous d’autres formes.


Cependant, si « prise de parole » rime facilement avec revendication, protestation ou dénonciation, ne peut-on pas imaginer des prises de parole qui diraient le positif des choses ? Prendre la parole aujourd’hui, n’est-ce pas aussi tenter de contrecarrer le discours dominant de la crise, de la dépression ambiante ou bien de la fin du monde ?

*

Théâtre témoignage, textes documentaires et écrits documentés, récits de faits divers, détours fictionnels, recherche poétique, quels sont les modes d’écritures susceptibles de parler le monde, de le réfléchir ?

Nous voulons comprendre comment les nouvelles écritures pour la scène entrent en interaction avec le monde d’aujourd’hui, et comment le bruit du monde peut « agiter », modeler, travailler, résonner dans ces écritures.

*

Si vous êtes sensible à ces enjeux, nous vous invitons à vous joindre au débat et à nous envoyer vos textes en version intégrale (pas de format imposé) avant le lundi 7 janvier 2013, à l’adresse suivante : lebruitdumonderevue@gmail. com

avec en objet : « TEXTE prise de parole » ;
ainsi que 2 exemplaires reliés, à la directrice du comité de lecture : Mlle Clémence Bordier
10, place Charles de Gaulle 93 260 Les Lilas

Le comité de lecture vous fera part de ses retours et proposera une sélection d’extraits des textes retenus pour la publication.




Prenez la parole. Faites du bruit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
romainicolas



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 13/11/2012

MessageSujet: Re: Appel à textes: le bruit du monde revu(e)   Mar 13 Nov - 4:52

Il est également possible d'envoyer vos textes à lebruitdumonderevue@gmail .com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Appel à textes: le bruit du monde revu(e)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appel à textes : thème "L'horreur"
» Appel à textes - revue Etherval
» appel à textes pour collectifs
» Appel à textes - SQUEEZE n°7 [ouvert jusqu'au 1er décembre 2012]
» Appel à textes pour revue littéraire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hirsute, les expressions libres et énervées :: Ecrire contre le monde entier :: Des événements et des rencontres littéraires-
Sauter vers: