Hirsute, les expressions libres et énervées

Internet est essentiellement la possibilité des rencontres entre des êtres/néants, généralement effrayés par les colères, bouleversés par la liberté et terrorisés par les violences verbales... Ne cherchons pas à écrire.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PCHEBERT, le poids du monde par "GORZAR"(publi-inf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jeangorzar



Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/06/2007

MessageSujet: PCHEBERT, le poids du monde par "GORZAR"(publi-inf   Sam 16 Juin - 14:45

http://www.artsolid.net/ebook.php?idgal=345

Entre un barrage de flics et un portail fermé
Et des murs pour me guider vers la liberté
Les gardes surgissent et vont m'emporter
Je ne suis pas mort puisqu'ils vont m'emporter

Vers un nouvel univers où tout sera changé
Nous irons sûrs et nous pourrons fumer
Notre esprit sera lavé
Nous aurons quitté les lieux pourris
Les petites vies ! Les petites vies !
Aux esclaves séchés
Et nous serons ravis
De tout recommencer.


Mes paroles s'envolèrent. Je parlai comme autrefois j'avais parlé quand j'avais bu. Je lâchais des choses. En vrac mon amour pour elle, mon amour d'avant, mon arrivée à New-York, "mon amour, cette formidable solidarité", "la gêne qui m'avait pris de la croiser, dernier espoir qu'elle fut du monde passé", Paul, la nouvelle vie, ses mensonges, ses divagations, Céline, sa beauté, sa beauté non de dieu, l'être, les intellectuels, les armes, les abeilles, Edwige et Stephan, le Old World.
Céline, en fait me connaissait davantage, ou plus méthodiquement que je ne la connaissais (c'était une connaissance sensible de l'ordre du coup de tonnerre). Céline connaissait Edwige, Paul, La Rochefoucault, Gorzar, elle avait connu Guilaume en écrivant une fois pour Pari(s) et elle m'avait recherché.
_ « Thomas, tu es le dernier à avoir vu Paul. A ta sortie de l'hôpital, dans une semaine, je t'amènerais au Old World. Nous entrerons tous les deux. »
Céline vint tous les jours, elle m'amena le troisième jour un livre de Gorzar paru chez un éditeur new-yorkais. Je posais d'abord l'enveloppe marron qui contenait le livre sur la table de chevet et lui demandait où elle l'avait trouvé.
_ « Mais tu ne le regardes pas ?
_Est-ce que Paul est vraiment mort ?
_Je ne sais pas... Gorzar en tout cas, est vivant.»


Le petit livre de Gorzar nous était dédié, à moi et à Céline. Un drôle de livre écrit comme sur un fil. Rien d'une cathédrale, un petit feu qui brûle et qui dure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
PCHEBERT, le poids du monde par "GORZAR"(publi-inf
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un accident "acrobatique" - Le Monde.fr du 25.01.2010
» Un autre monde , un autre " Regard "
» Le monde de la photo : numéro spécial "LIGHTROOM"
» Projet de livre jeunesse - "Le Monde d'en bas"
» la plus petite "Ville" du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hirsute, les expressions libres et énervées :: Ecrire contre le monde entier :: Ici vos textes de tarés-
Sauter vers: